Kyste pilonidal

comparateur mutuelle senior

Maladies > Kyste pilonidal

Responsable de 20 000 opérations par an, le kyste pilonidal touche principalement les hommes et est une affection fréquente mais bénigne. Le kyste aussi appelé sinus pilonidal peut être douloureux dans la position assise ou sur le dos mais il est surtout redouté pour sa cicatrisation qui peut être longue.

Voici tout ce qu’il y a à savoir sur ce kyste mal placé et tant redouté !

Le kyste sacro coccygien en quelques mots

Le kyste pilonidal se présente sous la forme d’une petite boule qui peut être très douloureuse et qui se trouve en bas du dos, juste au-dessus des fesses, dans la fossette du coccyx. On parle de kyste pilonidal ou kyste sacro coccygien lorsqu’une infection se développe sous la peau.

Il se forme le plus souvent lors des frottements. Les poils se cassent, vont irriter la peau et vont petit à petit créer un abcès qui s’infecte. Il faut savoir que vous pouvez avoir un kyste sacro coccygien sans le savoir s’il est non douloureux. Mais il finira par être surinfecter un jour ou l’autre et les douleurs feront alors leur apparition.

Les symptômes d’un kyste fessier

Vous devez consulter un médecin si vous constatez un gonflement (une petite boule) au niveau du sillon inter-fessier mais également si :

  • Vous ressentez une douleur plus ou moins importante
  • Vous constatez la formation d’un nodule sous-cutané
  • Vous remarquez un durcissement de la peau au niveau de la zone
  • Vous constatez l’accumulation de pus au niveau du kyste
  • Si vous avez de la fièvre
  • Si vous constatez du sang au niveau du kyste
  • Si vous ressentez une douleur lorsque vous êtes en position assise ou couchée

Quels sont les causes d’un sinus pilonidal ?

Parmi les causes les plus répandues à l’apparition d’un kyste fessier, on trouve bien sûr une pilosité importante. En effet, les hommes très poilus dans cette zone ont plus de facteurs de risque de développer un kyste sacro coccygien.

Le surpoids ou l’obésité est également l’une des causes de l’apparition d’un kyste ou coccyx. Il faut également savoir qu’une mauvaise hygiène favorise son apparition mais aussi des frottements excessifs de la zone (avec des sous-vêtements ou un pantalon par exemple), une peau grasse, l’hérédité et une position assise répétée !

Quel traitement pour un kyste pilonidal ?

Lorsque l’on souffre de ce type de kyste, le seul traitement recommandé est son excision chirurgicale. On aurait pu penser que le traitement consiste à la prise d’antibiotiques mais ceux-ci ne seront pas efficaces car ils ne pourront pas pénétrer dans le kyste car celui-ci à sa propre membrane et forme une poche close.

Votre médecin vous proposera très certainement l’une de ces interventions chirurgicales :

Une incision en urgence

Dans le cas de fortes douleurs, sous anesthésie locale, une incision en urgence peut être pratiquée. Celle-ci va permet de soulager immédiatement la douleur provoquée par l’infection en évacuant le pus accumulé grâce à un drain.
Cette intervention ne promet pas une disparition complète et définitive du kyste et le risque de récidives est grand.

L’ablation totale du kyste

C’est l’intervention la plus réalisée. Elle consiste à l’ablation complète de toute la zone en réalisant dans la majorité des cas une exérèse en losange en regard du sillon interfessier. Lors de cette opération chirurgicale, le chirurgien va injecter du bleu de méthylène dans l’orifice du kyste. Cela a pour but de repérer le trajet exact de la lésion pour ne pas laisser en place du tissu infecté.

Lorsque la lésion est propre, une fermeture par plastie sera alors réalisée. Dans le cas d’une lésion infectée, le chirurgien devra laisser la plaie ouverte, c’est-à-dire sans suture dans l’attente d’une cicatrisation dirigée.

Cette technique est simple et permet surtout d’éviter les récidives. Cependant, il faut savoir que les soins et la convalescence sont longues et peuvent durer plusieurs semaines.

Cette opération du sinus pilonidal se déroule en ambulatoire. Vous arrivez à l’hôpital le matin et vous repartez le soir. Elle ne demande qu’une seule préparation c’est-à-dire une douche au savon. Dans le cas d’un patient avec une forte pilosité, une dépilation peut être réalisée avec une crème dépilatoire la veille. Elle a pour but de faciliter les pansements après l’intervention. Celle-ci ne dure qu’une vingtaine de minutes.

Les soins post-opératoires

C’est la partie qui fait que le kyste pilonidal est tant redouté. En effet, après une opération d’un kyste sacro coccygien, la période de cicatrisation peut être longue. Voici quelques explications sur son déroulement :

L’étape inflammatoire

Lors de cette première étape, la coagulation se met en place au niveau de la plaie avec la formation de fibrine qui va former un bouchon afin de stopper le saignement.

L’étape de détersion

Cette phase a pour but de favoriser l’élimination de la fibrine mais également des derniers tissus nécrosés dans le but de continuer la reconstruction de la plaie. Elle se fait avec des pansements humides et avec un nettoyage de la plaie.

L’étape du bourgeonnement

C’est lors de cette étape que les fibroblastes forment des tissus conjonctifs jeunes et irrigués en sang, couche par couche afin d’atteindre les rebords de la plaie. Ils vont petit à petit s’appauvrir en cellules inflammatoires toujours présents dans la peau mais s’enrichir en collagène afin de retrouver un aspect tissulaire normal.

L’étape de l’épithélisation

Cette étape consiste à la fin de la cicatrisation avec la fermeture de la plaie.

Rassurez-vous, les soins post-opératoires seront réalisés à votre domicile pour un ou une infirmière. Il viendra au quotidien et jusqu’à la cicatrisation complète. Les soins consistent à mécher la plaie, c’est-à-dire y insérer des pansements absorbants qui vont aider à éliminer la fibrine, les exsudats et les tissus nécrosés qui restent.

L’infirmier appliquera par-dessus un pansement étanche afin de réduire les risques de contaminations.
Pour finir, il faut savoir que les soins post-opératoires peuvent durer plusieurs semaines et donc un arrêt de travail durant toute cette période est à prévoir afin d’éviter une infection ou une récidive.

À vérifier tout de même que votre mutuelle senior rembourse bien ce type d’actes